Back to the NECEP homepage
to browse the database, choose a continent, a country or directly a society
Asia >> Russian Federation, China >> Evenk
Evenk
Transversal questions
transversal questions
>> Guided Tour

Follow the guided tour
>> Introduction
>> Ecology
>> Economics
>> History
>> Language
>> Material Culture
>> Politics
>> Religion
>> Society
General Facts General Facts
Supra-Group
Toungouse
Supra group
Resources Other websites
pictures videos sound

Transversal Questions

Pouvoir, hiérarchie et domination
Rapport des hommes et de la société à l’environnement naturel
Le cycle de la vie: naître, vivre et mourir
Richesses, échanges, monnaies
Relations des hommes avec l’invisible



Pouvoir, hiérarchie et domination

La sociÈtÈ Èvenke est traditionnellement acÈphale, mais connaÓt plusieurs formes de hiÈrarchie et de pouvoir selon les activitÈs et les sphËres de dÈcision. Dans la vie nomade, les groupes de parentÈ se regroupent et se sÈparent selon les saisons, ce qui entraÓne, chaque fois, une redÈfinition des rapports hiÈrarchiques. Au sein de la famille nuclÈaire, cíest líhomme le plus ‚gÈ qui prend les dÈcisions en matiËre de chasse et de dÈplacement, cíest lui le maÓtre de tout ce qui concerne líespace sauvage. En revanche, toutes les activitÈs qui ont lieu sur le territoire du campement sont dirigÈes ó et ceci, avec sÈvÈritÈ ó par les femmes, maÓtresses de líespace domestique. Lorsque plusieurs familles nuclÈaires se regroupent sur un mÍme campement, le pouvoir de dÈcider des activitÈs communes ‡ líensemble nomade (chasse et Èlevage du renne) revient ‡ líaÓnÈ encore capable de chasser et díassumer les activitÈs díÈlevage. ParallËlement, les activitÈs collectives ponctuelles comme la castration, les artisanats divers, le partage de la viande (nimat), sont dirigÈes ou rÈalisÈes par líhomme le plus talentueux en la matiËre, indÈpendamment de son ‚ge. Au sein du groupe de parentÈ non-territorial qui est couramment appelÈ ´ clan ª teke/tege, ce sont les doyens, hommes et femmes qui prennent ou acceptent les dÈcisions díalliance ou celles relatives aux conflits ou actes susceptibles de porter ombrage ‡ sa rÈputation. Lors des regroupements inter-claniques, des mariages, des fÍtes des Èleveurs de renne, on constate un fort esprit de compÈtition entre les clans : chacun doit síy montrer le meilleur par sa maniËre de maintenir la cohÈsion des membres de son clan, par ses qualitÈs díÈleveur et de chasseur, par sa capacitÈ ‡ respecter le savoir-vivre Èvenk, par ses talents et sa fantaisie díartisan. Chacun, homme ou femme, concourt pour faire figure díalliÈ dÈsirable, garant de la survie de son groupe. De ce jeu de compÈtition, quelques clans ressortent maÓtres, ceux qui par leur cohÈsion parviennent ‡ prendre le dessus et que les …venks appellent les groupes ´ nombreux ª (TT richesse), parce quíils ont encore ‡ leur tÍte des parents ‚gÈs qui exercent une autoritÈ sans appel sur leurs propres enfants et les enfants de leurs enfants. Cíest sans doute pour consolider cette autoritÈ que les grands-parents ÈlËvent souvent eux-mÍmes leurs petits-enfants et arriËre petits-enfants, affirmant ainsi leur autoritÈ directe sur plusieurs gÈnÈrations en mÍme temps. Cette autoritÈ tient souvent ‡ un couple de doyens et ‡ leur disparition, leurs descendants doivent ‡ leur tour faire en sorte de prolonger la cohÈsion de leur clan. Dans les vúux de mariage, les anciens disent aux jeunes mariÈs ´ Allumez votre foyer et devenez une racine díhommes ! ª, cíest-‡-dire, sachez garder líautoritÈ sur votre descendance de telle sorte quíelle devienne un clan soudÈ. Le mot ´ racine ª (teke/tege) est díailleurs celui qui sert ‡ dÈsigner le clan. La sociÈtÈ Èvenke est assez sÈvËre et chacun se sent responsable de la rÈputation de son clan, en milieu nomade comme en milieu sÈdentaire.

Sous les tsars, les …venks, comme les autres peuples de SibÈrie, ont d? se soumettre ‡ líimpÙt en fourrure (yassak en russe). Pour le collecter, les autoritÈs ont dÈsignÈ des ´ princes ª parmi les autochtones pour les reprÈsenter. Selon les sources anciennes, le rÙle rÈel de ces princes se limitait ‡ la collecte de líimpÙt et au rËglement des affaires criminelles lorsque les nomades faisaient appel ‡ eux. Leur pouvoir de contrÙle Ètait limitÈ, compte tenu de líÈparpillement des petits groupes nomades sur un immense territoire, et sans doute ne reste-t-il de la disposition impÈriale que le souvenir díune noblesse Èvenke. Mais les archives montrent que plusieurs de ces ´ princes ª avaient profitÈ de cette nouvelle autoritÈ pour soulever les leurs contre le pouvoir impÈrial.

Le pouvoir soviÈtique introduit une nouvelle forme díautoritÈ, plus contraignante, parmi les …venks. AprËs avoir sÈdentarisÈ une partie de la population et organisÈ la majoritÈ des campements nomades en brigades de fermes dí…tat, les soviets dÈsignent parmi les …venks des chefs de brigades nomades, des chefs de soviet de villages et des directeurs de ferme dí…tat. Cette mesure ajoute une nouvelle hiÈrarchie dans la sociÈtÈ Èvenke, celle de reprÈsentants de lí…tat auxquels il faut obÈir non seulement dans le domaine administratif, mais aussi dans celui de la chasse et de la pÍche et sur les campements. Mais ces nouvelles formes díautoritÈ semblent ne pas avoir profondÈment affectÈ le fonctionnement hiÈrarchique traditionnel des …venks, en termes de parentÈ et de logique de regroupement. Aujourdíhui, avec la chute du communisme, la crise Èconomique et la liquidation successive de brigades et de fermes dí…tat, on assiste ‡ une recomposition des unitÈs nomades selon la tradition, o? les femmes rejoignent leurs Èpoux, o? les groupes se divisent ou se regroupent librement, en fonction de leurs liens de parentÈ et de leurs dÈsirs díalliance. En rÈsumÈ, on peut dire que les …venks ont conservÈ, pour ce qui est de leurs relations entre eux, une logique de sociÈtÈ acÈphale, mais quíils ont intÈgrÈ la notion díappartenance commune ‡ une organisation Ètatique, la Russie, pour laquelle ils manifestent un sentiment patriotique.

Ces donnÈes recueillies par Alexandra Lavrillier chez les …venks-Orochon dans les annÈes 1994-2002 confirment, dans leurs grandes lignes, celles rassemblÈes (par Shirokogoroff, chez les …venks du sud-est sibÈrien et de Mandchourie) dans les annÈes 1910-1920, par Anisimov, chez les …venks du IÈnissÈÔ dans les annÈes 1930, par Vasilevich chez les diffÈrents groupes Èvenks dans les annÈes 1920 ‡ 1960, par Mazin dans les annÈes 1970-1980 chez les Orochon. Elles contribuent ainsi ‡ mettre en Èvidence la parentÈ culturelle de líensemble ethnique Èvenk dans le temps et dans líespace, malgrÈ son Èparpillement et malgrÈ les diffÈrences de contexte historique.
Cette remarquable fidÈlitÈ au style de vie proprement evenk fait la spÈcificitÈ des Orochon en tant que groupe rÈgional, repliÈ dans des rÈgions montagneuses d'accËs difficile. / A. Lavrillier